Retour du palais de salami où j'ai croisé le regard bienveillant et amusé d'une ancienne cousine dans une exposition pleine d'esprits : la photographie révèlant de façon indicielle un halo blanc comme un suaire atteste de mon absence d'objectivité.

Si le bassin de plomb vidé de son eau dans lequel je m'étais installé m'a permis de travailler à l'abri du vent, il fut une piètre cage de Faraday : les ondes de Versailles m'ont bel et bien plomber...

Les aquarelles ne reflètent au final que les dernières choses aperçues, du moins perçues avant la chute fatale : une éponge je vous dis...

Un aller simple vers fhgalland.tumblr.com vous fera voyager dans un temps où il ne faisait pas bon être une princesse.