Troisième journée sans qu'il se passe grand chose ; le détour par la sandwitcherie devient une lassitude et je m'aperçois de stratégies d'adolescent solitaire :

Le lundi, les jardins sont vides, c'est mieux, et les autres jours, j'arrive après 17 heures pour éviter la foule. Dans le RER  royal, plongé dans Segalen, je m'efforce d'avoir toujours l'air occupé.

Les techniques évoluent. Le rendu davantage pictural, laisse apparaître le fond mêlé à des formes plus fantomatiques que jamais. Un coup de vent et les dessins s'imprègnent de sable. Plusieurs styles coexistent, cela ne cessera jamais d'être un travail en cours, il me semble.

Alors Je visite les jardins tout en me concentrant sur la statuaire.